Le périple de trouver une garderie pour poupon

Mis à jour : 27 oct. 2020

Par: Jessica Lemelin

*tous les noms sont fictifs

Le congé de maternité n’est pas éternel, hélas! Rapidement, il faut penser à se trouver une garderie afin de retourner au travail. Chez nous, c’est toute qu’une aventure, laisse-moi te dire. J’ose croire que je ne suis pas la seule ! Dans mon coin de pays, c’est pratiquement impossible à trouver. Une garderie, juste le mot me crée de l’angoisse ! Je vous met en contexte…

Enceinte de 3 mois, juillet 2019, je m'inscris à la place 0-5 ans, tu sais, THE place. J’inscris bébé bedon dans tous les CPE de ma ville ainsi que quelques milieux familiaux dans la région. Le temps passe, j’accouche et je n’ai toujours pas de nouvelles. Je le sais, c’est normal, je m’en fais pas trop avec ça, de toute façon je commence à travailler seulement en janvier 2021. Alors je décide d’attendre.

Début de l’été 2020, mon chum et moi on jase et on se rend compte que si nous attendons de trouver une garderie en plein milieu d’année ce serait l’enfer. Les groupes se forment pratiquement tous en même temps que la rentrée scolaire. Alors je prend les devants, j’écris à 50 milieux familiaux.

Attend, je ne sais pas si tu as bien lu… CINQUANTE. Je me dit qu’il doit bien y en avoir un là-dedans qui a une place poupon, ein ? Tu me vois venir, je reçois 46 réponses négatives et 4 appels me disant qu’ils n’ont pas de place avant 2022.

Je capote un tantinet. Je me met donc en recherche active, j’adhère à certains groupes recherche de garderie dans ma région. J’y poste deux, trois publications comme quoi je cherche un milieu familial. J’écris à plusieurs milieux trouvés grâce à ces groupes. Et c’est ici que le fun commence, ou bien la malchance, qui sait ! Hahaha.

À la mi-juillet, je discute avec Marise qui a dû fermer sa garderie à cause de la covid. Elle décide d’ouvrir et se cherche une nouvelle clientèle. Elle me dit qu’elle fera les rencontres avec les parents début août afin de sélectionner les enfants, mais de ne pas m’inquiéter, une place poupon c’est difficile à trouver, elle me réserve la place certainement. Bon, parfait, je suis soulagée. J’écris à Marise une première fois pour savoir quelle sera la date finalement. Pas de réponse. Je lui écris une deuxième fois. Elle me répond qu’elle n'ouvrira pas sa garderie, grosse histoire, elle ne peut pas avoir la maison qu’elle voulait louer afin d’y faire son milieu familial.

Nice, les recherches reprennent.


Fin juillet, je parle avec Nathalie, on se cédule une rencontre pour aller visiter le milieu. La femme est gentille, l’endroit est bien. Par contre, elle est ouverte seulement du lundi au jeudi, ce qui est problématique puisque nous travaillons à tous les jours et personne pour nous dépanner une journée complète. On se dit qu’on pourrait essayer de s’arranger, si jamais nous trouvons rien d’autre! Nous lui disons que nous allons lui écrire afin de lui faire part de notre décision.

Le lendemain, nous avons une rencontre dans un autre milieu. Méga coup de coeur. Belle cour extérieur, beaucoup d’arbres. Chantale suit un programme éducatif, les enfants ont tous leur casier dans le service de garde, bref, on aime ! À la fin de la rencontre elle nous dit que nous pouvons nous rencontrer la semaine prochaine afin de signer le contrat.

J’écris donc à Nathalie afin de la remercier et lui dire que finalement nous avons trouvé un autre milieu.

Le soir même, Chantale, que nous avons adoré, m’écrit pour me dire qu’elle y a repensé et elle préfère ne pas prendre ma fille, car elle est très jeune (6-7 mois) et elle préfère avoir un poupon plus âgé (1 an et plus).

Les recherches recommencent, encore, haha (vaut mieux en rire).

J’écris à Lyne, qui elle, ouvre son milieu fin septembre suite à sa formation. Elle me dit de venir jeudi soir avec mon chum et ma fille afin de nous rencontrer. Je lui écris pour savoir à quelle heure elle préfère que nous nous rencontrons. Pas de réponse.

Voyons ciboulette, peux tu ben me dire ce qui se passe.

Je lui écrit une autre fois et elle me dit que sa soeur n’a plus de garderie et qu’elle va prendre ma place poupon…

(Ok gang, ai-je besoin de vous dire à quel point j’étais découragée à ce stade ? Sincèrement, j’ai mis mes recherches sur pause et j’ai envisagé être maman à la maison. No joke.)

Bref, j’avais arrêté toutes mes recherches. J’avais perdu espoir. TOTALEMENT. Et puis, ma mère me dit: Tu sais Jessica, rien n’arrive pour rien. Ce n’était pas les bonnes garderies pour ta fille. J’ai confiance, tu trouveras. Tu trouveras la perle rare, aie confiance.

Inutile de vous dire que sur le coup, ça ne m’avait pas vraiment rassuré, mais bon, elle avait raison. Rien n’arrive pour rien.

Et puis un jour, Amélie m’écrit. OH BELLE AMÉLIE. Elle me dit qu’elle a une place poupon et elle aimerait bien me rencontrer. UN ANGE DESCENDU DU CIEL (ok, ça sonne exagéré, mais je vous jure que quand tu es à la recherche d’une garderie en pleine pénurie, ça sonne vraiment comme ça dans ta tête !).

Coup de coeur instantané, même ma fille était heureuse dans ses bras la première fois qu’elle la vue. Mon chum et moi étions vraiment heureux.

Cela fait maintenant plus d’un mois qu’elle fréquente ce milieu familial et, wow. Elle prend en considération les besoins de notre fille, elle communique beaucoup avec nous, c’est facile de discuter avec elle, … Bref.

À toutes les mamans qui se cherchent désespérément une garderie, courage. Ne lâchez pas. Je vous répète les sages paroles de ma mère : ‘’ Tu trouveras la perle rare, aie confiance’’.

Jessica Lemelin

Amoureuse, maman et femme

48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Icône Facebook noire
  • Icône Instagram noire

© 2020 par Talons hauts et bassinette. Réalisé avec Wix.com

  • Icône Facebook noire
  • Icône Instagram noire